Actualités
Les races de volailles françaises

La Houdan

Nom commun : La Poule de Houdan

Origine : Ile de France

Département : Yvelines (78)

Ville : Houdan

Aire de répartition : France


Son âge d’or a duré cinquante ans, mais entre 1914 et 1918, les grands élevages furent perdus. Il fallut la rechercher chez des particuliers et « pire » chez les mêmes Anglais et Américains qui nous l’avaient achetée cinquante ans plus tôt.
A sa grande époque, c’était incontestablement une volaille de chair (1860/1910), elle était nommée « la reine des volailles» après avoir été « la volaille des rois ». De nos jours il s’agit plus d’une volaille d’ornement, de taille moyenne, conservant une chair dense et savoureuse et pondant de gros œufs.
Elle n’est pas difficile à élever. C’est avant tout une volaille domestique et largement façonnée par la main de l’homme. Elle est très attachante, ses singularités physiques et de production en font une poule d’exception

Sélection Mon jardin à vivre.


La Marans

Nom commun : La Marans

Département : Charente-Maritime (17)

Ville : Marans

Aire de répartition : France


La défaite anglaise de Castillon, la Bataille en 1453 mis fin à la guerre de cent ans. Les bateaux anglais faisaient souvent escale à Bordeaux, mais aussi à La Rochelle (près de la ville de Marans) et débarquaient les coqs rescapés des combats qui étaient organisés pendant les traversées par les marins pour leur distraction. Ces coqs combattants furent croisés volontairement ou non avec les poules locales. Les produits issus de ces croisements avaient une silhouette musclée et trapue.
La Marans est une volaille assez forte, de hauteur moyenne, donnant une impression de robustesse et de rusticité. Son plumage est assez collant, les ailes serrées au corps. Les pattes sont plus ou moins emplumées. Elle produit des œufs très gros et extra-roux. Toutefois, la couleur de l’œuf se travaille.

La Coucou de Rennes

Nom commun : Coucou de Rennes

Origine : Bretagne

Département : Ile et Vilaine (35)


C’est une volaille installée de longue date en terroir breton. On trouve les premiers écrits à partir de 1858 grâce à Charles Jacques dans son ouvrage « Le poulailler ».
C’est sans doute pour partie à son originalité, couleur coucou qui lui vient de l’oiseau éponyme, qu’elle doit d’avoir subsisté jusqu’à nos jours.
C’est une race de chair très appréciée et à bon rendement, bien charpentée pour les beaux sujets. Sa ponte est moyenne, bien que les œufs soient de bonne taille.
C’est une volaille assez lourde (coq 3,5kg, poule 3kg), crête simple, oreillons rouges et tarses blanc rosé.

La Noire de Challans

Nom commun : La Poule de Challans

Origine : Pays de Loire

Département : Vendée

Ville : Challans


La Poule de Challans a commencé à se distinguer vers 1850. Comme la Marans elle a subi l’influence de l’importante zone portuaire nantaise où circulaient de multiples denrées ramenées de « l’Empire » et des vastes échanges maritimes de l’époque. Ainsi elle est née du croisement d’une poule locale issue du bocage vendéen avec des races asiatiques Langshan et Orpington noires.
Plutôt forte et bien proportionnée, pour ne pas dire robuste. La viande est bonne, ferme et moelleuse.
Elle pond correctement et elle est assez bonne couveuse. Elle est noire à reflets verts. Elle n’existe pas en naine.
C’est une volaille de poulailler, populaire, facile à élever. Rustique, ne craignant pas l’humidité, ni le vent. On la trouve encore facilement en Vendée dans les fermes où l’on est habitué à avoir des volailles noires. Elles sont calmes et dociles, le coq est un très bon reproducteur. On peut donc entretenir cette race sans soucis